Cans for corridors/ Des canettes pour un corridor vert ! 

 

La déforestation massive de la forêt Atlantique humide au Brésil a eu plusieurs impacts négatifs sur la faune et la flore tout au long des dernières décennies. Plusieurs de ces conséquences ont été observées dans la région de Pontal do Paranapanema, dans l’état de São Paulo. En effet, depuis la colonisation de cette région dès 1940, il a été constaté que la forêt, qui occupait 85% de la surface total de la région, n’occupe désormais plus que 16% de ce territoire ! Ces fragments de forêts se retrouvent isolés les uns des autres, entourés par des établissements ruraux, causant ainsi l’isolation des populations animales qui y habitent. Parmi ces espèces, on retrouve le tamarin lion noir, une espèce de tamarin qui vit précisément dans les quelques fragments forestiers de l’État de Sao Paulo, dans le sud-est du pays. Cette espèce est présentement menacée par la perte de son habitat en plus des problèmes génétiques causés par l’isolement. Ces problèmes affectent les populations de tamarin lion noir qui sont incapable de croîtrent, de survivre et de se reproduirent. Pour pallier à cette situation, IPÊ – Instituto de Pesquisas Ecológicas a entrepris d’établir des corridors verts ayant pour but de restaurer les zones protégés en rétablissant la connectivité forestière de l’écosystème en plus d’adopter des technologies agroécologiques et participatives tout en formant les générations actuelles et futures à l’utilisation rationnelle des ressources en eau et en forêt.

Le premier corridor ayant vu le jour permet de lier deux zones protégées soit ‘’The Black Lion Tamarin Ecological Station’’ et ‘’Morro do Diabo State Park’’. Ce corridor, d’une longueur de 20 kilomètre, contient plus de 2.7 millions d’arbres. En plus d’aider les populations de tamarin lion noir à briser l’isolement, ces corridors verts aident également d’autres espèces animales telles que le jaguar, l’ocelot, le tapir, l’ara ararauna ainsi que plusieurs autres espèces de tamarin à se déplacer plus aisément d’une région boisée à l’autre. Le projet se poursuit actuellement avec le ‘’North corridor’’ qui comprendra 500 hectares et plus d’un million d’arbres qui longera le corridor de la forêt de l’Atlantique.

Outre la restauration forestière, le projet des corridors verts permet également de former des agriculteurs et des étudiants en agroécologie et en éducation environnementale. Des pépinières communautaires, où a lieu la production de semis, ont été créées. Ces pépinières sont des entreprises sociales qui visent à améliorer le développement social, économique et environnemental des familles vivant dans les zones de réforme agraire de la région. De telles entreprises contribuent à diversifier l’agriculture traditionnelle en produisant et en vendant des plants d’espèces indigènes et exotiques pour le reboisement. 

Plusieurs partenaires financiers ont pris part à ce projet, toutefois, c’est la campagne de financement mis en place par le fond pour la conservation de la faune de Durrell qui nous a le plus impressionnée! Le fond de Durrell a mit en place un programme permettant de récolter l’argent du recyclage de l’aluminium des canettes pour financer le projet des corridors verts d’IPÊ. Suite à cette initiative, entre 80-90,000 arbres ont été plantés! C’est en s’inspirant de leur modèle que nous avons décidé à notre tour de tenter l’expérience et de mettre la main à la pâte! Dans cette optique, les Amis du Biodôme ont décidé de lancer le projet ‘’Des canettes pour un corridor vert’’. En associant le recyclage de l’aluminium ainsi que la collecte d’argent, ‘’Des canettes pour un corridor vert’’ permettra d’amasser des fonds pour reboiser la forêt tropicale, un arbre à la fois. 

Foire aux questions

 

Pour plus d’informations sur les autres institutions qui participent au projet: